La sortie sous la pluie

Le ornithologieoiseauxobservationFrançoise SEYVET

Récemment, après une sortie effectuée à Montélimar avec une personne de la LPO à le recherche de traces de loutre dans des rivières, nous avons découvert le monde merveilleux de l'ornithologie.

Après quelques discussions, nous on en sommes venus à la conclusion que c'était quand même cool et que ça valait le coup d'essayer de s'y investir un peu, parce que c'est joli quand même les oiseaux.

Du coup aujourd'hui je vais résumer une sortie qu'on a fait à l'observatoire ornithologique Françoise SEYVET à Eurre, sous la pluie.

Où est l'observatoire ?

Cette question se pose en effet, car il fut laborieux à trouver. D'abord parce que sa construction fut terminée il y a peu (le 17/11/2018), ensuite parce que la seule carte d'accès trouvée n'est pas vraiment lisible, et enfin parce qu'il n'était même pas présent sur les différentes cartes sur lesquelles j'ai cherché (OpenStreetMap & Google Maps).

Sans rire, les seuls résultats que j'ai obtenu sont un article du dauphiné, l'annonce de l'inauguration sur le site de la mairie d'Eurre, la description du chantier sur le site d'une entreprise et quelques documents divers concernant les travaux (mirroir).

Je me suis donc permis de rajouter ce bâtiment sur OpenStreetMap.

observatoire sur openstreetmaps
Après avoir rajouté l'observatoire sur OpenStreetMap.

L'accès

Eurre est situé au sud-est de Valence (en Rhône-Alpes, dans la Drôme). La Réserve Naturelle des Ramières du Val de Drôme, sur laquelle est situé l'observatoire, est située au sud d'Eurre et à l'Ouest de Crest (connue pour son donjon, d'ailleurs).

Voici donc le plan d'accès pour se rendre à l'observatoire aujourd'hui (avril 2019) :

plan d'accès au site

Plus grand (jpg - png), source xcf.

Une fois la voiture garée (il faut passer dans un tunnel pour accéder au parking), il faut marcher un peu.

Je vous partage quelques images des différentes affiches présentes le long du chemin (dont une partie est prénommée "le Sentier des Castors", dont on comprend vite le nom une fois sur place) :

1er panneau sur le parking
Panneau présent sur le parking, taille réelle.

bifurcation qui nous fait quitter le sentier des castors
Panneau nous faisant bifurquer du Sentier des Castors, taille réelle.

peu après la birfurcation
Peu après la bifurcation, taille réelle.

L'arrivée à l'observatoire (sous la pluie)

On ne s'attendait pas à un bâtiment si neuf en arrivant, car on ne savait pas encore qu'il n'existait que depuis quelques mois.

vue en arrivant
Taille réelle.

Il y avait quelques panneaux informatifs accrochés à la structure ; des infos sur l'utilité de cet espace, des infos sur la fréquentation du site, et d'autres informations en vrac.

illustration d'une mouette rieuse
Détail d'un panneau.

Et les observations ?

Sitôt être arrivés, nous avons vu un castor qui dormait à côté de son nid (taille réelle).

Ça c'était pour les mammifères. Car on a vu plusieurs oiseaux aussi (c'est un observatoire ornithologique à la base, non ?) ; un Canard colvert & un Canard de pékin, un Grêbe castagneux, deux Grêbes huppés en pleine parade nuptiale (en bonus voici une vidéo trouvée sur internet montrant ce qu'on a vu), un Héron cendré, trois Poules d'eau et un Foulque macroule.

poule d'eau
Poule d'eau dans les roseaux, taille réelle.

foulque macroule
Foulque macroule, taille réelle.

grèbes huppés
Grèbes huppés en pleine parade nuptiale, taille réelle (avec un foulque en haut à gauche).

canards colvert & de pékin
Canard colvert & Canard de pékin, taille réelle.

héron cendré
Héron cendré, taille réelle.

Il y a une conclusion ?

Bien sûr.

Je ne connaissais pas l'ornithologie, mais cette sortie (bien qu'humide) m'a donné envie d'observer les oiseaux plus souvent.

Pouvoir les voir interagir entre eux et les entendre sans les déranger fut vraiment une expérience satisfaisante, me faisant réaliser que le monde qui m'entoure est vraiment plein de vie.

Nous n'étions armés que de jumelles 8x40 nikon et du livre 440 oiseaux - les indispensables (et d'un thermos de café aussi), et nous avons passé un très bon moment à nous émerveiller à chaque nouvel oiseau observé (et aussi lorsque notre copain le castor somnolent a daigné faire sa toilette, ce qui nous a permis de prendre des photos où on le voyait un peu plus qu'ici).

Je tiens à rappeller qu'il est important de transmettre ses observations via la plateforme ornitho.fr, car cela permet aux membres des associations telles que la LPO de coordonner des actions et d'effectuer des statistiques sur l'évolution de la faune en France.

photo d'une personne en train d'observer des oiseaux